PARTAGER

Depuis près de deux mille ans, l’architecture marque profondément l’histoire de la Martinique : c’est toute la richesse du pays qui se dévoile à travers ses cases créoles, ses édifices religieux, ses places et ses maisons. 

La Hutte

La hutte est la premier abri consu par les ancètres durant l’époque amérindienne. Les communautés Arawaks vivent dans des petits villages de huttes installés le plus souvent au bord d’un cour d’eau ou à proximité de la mer.

Le Carbet et l’Ajoupa

Pour le dire simplement le carbet est une version améliorée de la hutte. Il est juste un peu plus grand que les autres, cette pièce était destinée au divertissement en famille et entre amis, tandis que d’autres, plus petites, les Ajoupas, faisaient office de dortoir.

De la Case créole à la Maison du maître

En martinique, les premières cases créoles sont appelées case en gaulettes. Les matérieaux utilisés étaient entièrement écologiques. Les maisons sont réalisées avec des branchages tressés et parfois de torchis le tout surmontés d’un toit végétal. L’espace cuisine était installé en dehors du reste de la maison. Ce concept inspire les premiers colons qui suivent la même logique de construction. Si vous passez au sud de la Martinique vous en verrez probablement.

Les années passent, le cadre de vie s’améliore et les besoins se diversifient. L’habitat est un peu plus solide. L’emploi de matériau plus robustes comme le bois ou le ciment en témoignent. Des planches viendront épouser les façades de la maison et des tuiles sont utilisées pour la toiture. Quand vous vous éloignez des sentiers battus pour rejoindre la ville, l’architecture est tout autre. De magnifiques maisons coloniales s’érigent fièrement. Celles ci gagnent en volume et sont nettement plus confortable. Elles ont la particularité d’avoir un socle en ciment, un étage en bois et des finitions en fer forgé, un luxe que seul les colons pouvaient s’offrir.

Aujourd’hui, les architectes proposent une vision plus moderne de l’habitat que celles habituellement protégés au titre des monuments historiques