PARTAGER

Au début de l’année 2019, nous avions eu l’occasion d’essayer la bêta de Tropico 6, le nouveau jeu de gestion signé Kalypso et Limbic Entertainment. À l’époque, le jeu était déjà très captivant, et nous attendions donc avec impatience la sortie du jeu. C’est donc ce 29 mars dernier que Tropico 6 est apparu sur nos ordinateurs, et donc EN-FIN pour nous la possibilité de réaliser une review du jeu, enfin complet.

Pour ceux qui ne connaîtrais pas le principe de Tropico, voyez ça comme un Simcity. On construis une ville, on la gère, mais dans Tropico, ce n’est pas une ville, mais un archipel des Caraïbes fortement inspiré de ce qu’était/est Cuba. Le joueur incarne “El Presidente”, dictateur immortel et éternellement chef de la nation tropiquienne, et il n’est pas question de satisfaire seulement les habitants de nos îles, mais aussi de faire plaisir à de nombreuses factions tels que les communistes ou les militaires par exemple.

Qu’avons nous pensé de ce sixième opus ? C’est que vous allez voir dans cette critique du jeu Tropico 6 !

  • Trop peu de changements par rapport aux autres opus

C’est bien le sixième opus de la saga Tropico, et si vous êtes forts en maths, vous avez compris qu’avant cette version de 2019, il y a bien eu 5 autres jeux.

Le premier Tropico date de l’année 2002, et, à l’exception du 2 (intitulé “La baie des pirates“) qui n’a pas cette ambiance “guerre froide” que tous les autres possède puisque ce dernier se déroule durant l’âge d’or de la piraterie (17ème siècle), tous les jeux se déroule dans le 20ème et 21ème siècle, ou la nation tropiquienne va être un acteur secondaire des bras de fers qui marqueront l’histoire de notre monde. Tropico 6 reste dans cette ambiance, quoi que le jeu se veut plus décalé et avec un humour plus prononcé que ses prédécesseurs.

Tropico possède de nombreuses mécaniques uniques à sa licence. Parmi elles :

  • Les routes commerciales, qui vous permettent par voie maritime d’importer ou d’exporter des marchandises. Cela à pour effet de vous faire gagner un peu d’argent, ou encore d’améliorer les relations avec les super-puissances, bien plus puissantes que nous (autant vous dire que vous n’avez pas intérêt à vous chamailler avec ces dernières). Tout se réalise depuis vos docks, et inutile de vous précisez qu’il est important de commercer avec les nations étrangères, car vous couper du monde aura pour seul effet de vous mettre des bâtons dans les roues.

  • Votre aventure sur Tropico sera régulièrement ponctué par un personnage, représentant d’une faction, qui va vous demander de réaliser un quête en échange d’une récompense. Dans les 3/4 du temps il vous est demandé de construire un bâtiment, et en plus de gagner de la réputation auprès de la faction que vous avez aidé, vous pouvez repartir avec une somme d’argent ou encore avec des immigrants qui deviendront des citoyens tropiquiens. ATTENTION : vos actions on constamment une influence sur votre réputation avec les factions, même dehors des quêtes !

  • Quelque chose que j’ai trouvé très sympathique et qui est un gros plus dans la politique que l’on peut choisir d’appliquer est la constitution. Si au début on est très limité dans nos choix, au fil de la partie on débloque de nouveaux éléments, et c’est à nous de choisir une politique qui favorisera une faction… ou non. Il y a aussi des élections dans Tropico 6, mais je ne les ai pas trouvées si percutantes que ça… Les dialogues d’El Presidente reste les mêmes à chaque campagne électorale, et l’humour y est moins drôle qu’avec la radio, par exemple.

Cet opus voit l’ajout entre-autre de quelques nouvelles mécaniques de jeu, comme par exemple l’apparition à l’ère des Guerres Mondiales d’un nouveau personnage : le Négociant. Ce dernier vous proposera des missions (c’est souvent “Produire quelque chose tant de fois”) en échange d’argent, mais mit sur un compte en Suisse. Avec ce compte en Suisse, vous pourrez vous acheter des plans de constructions, ou encore de la réputation auprès des factions et des super-puissances. C’est une mécanique très intéressante, qui viens parfois ajouter un peu de dynamisme au jeu lorsque personne ne vous propose de quêtes entre autres. Malheureusement, le Négociant est souvent trop en retrait, surtout dans les parties sandbox.

Désormais, Tropico n’est plus une seule et unique île, mais bien un archipel. Et c’est un ajout très important et qui change totalement notre façon de jouer par rapport aux anciens jeux : désormais, il va falloir connecter les îles entres elles car certaines possède des ressources que les autres n’ont pas.

Enfin, le jeu possède une campagne bien garnie avec des tas de scénarios, chacun sur un thème particulier et possédant des cinématiques et des dialogues propres. C’est un très gros plus pour le jeu.

Quelque chose que j’ai trouvé assez dommage dans Tropico 6 est le système de quêtes nous permettant d’atteindre les ères suivantes, car oui, le jeu s’étale sur 4 périodes. On se sent assez limité, et ça enlève un peu de l’unique qu’a nos parties. Mais Tropico reste toujours très captivant, et possède une grosse durée de vie compte tenu des missions proposé par la campagne.

Niveau gameplay, il va s’en dire que le jeu reste quand même assez répétitif, et assez proche de ce qu’on a pu voir dans Tropico 5. Tropico 6 semble plus être une amélioration, un jeu beaucoup plus complet, mais sans nouveautés révolutionnaires.

  • Une image travaillée

Tropico est un jeu qui, comme beaucoup de jeux dont nous avons parlé sur ce site, possède une ambiance propre et réussie. Le jeu est graphiquement beau, une petite mention spéciale aux “cartes postales” qui agrémente les temps de chargements, et qui sont incroyablement sublimes :

Le jeu nous propose au début de personnaliser notre dictateur ainsi que son palais royal. Le jeu a eu la bonne idée de proposer à la fois une modification de personnage qui se veut sérieuse et absurde, et même si les éléments de personnalisations sont peu nombreux, j’y ait trouvé mon compte pour recréer un frère éloigné de notre rédacteur en chef préféré ! Et évidemment, le palais royal est à nos couleurs.

Globalement, rien n’est à redire sur la forme du jeu et son aspect. Tout est travaillé, d’ailleurs un gros taff à été réalisé sur les musiques qui contribue à l’ambiance du jeu.

En conclusion, je trouve que ce Tropico est très réussi. C’est toujours au plaisir d’être El Presidente de cette nation et de diriger une île comme bon nous semble. Tropico 6 est un jeu avec une durée de vie qui ne vous fera pas regretter l’achat du jeu à 50€.


On a aimé :

  • C’est bon pour les yeux, et les oreilles
  • Un jeu très complet
  • Le mode mission, très intéressant et ajoutant de la durée de vie au jeu
  • Un humour frappant
  • Un outil de personnalisation, qui implique encore plus le joueur dans la vie de son île

On a moins aimé :

  • Trop peu de nouveautés…
  • … pas assez mises en avant
  • Le système de quêtes pour progresser à travers les ères



Vous pouvez suivre nos aventures aux tropiques sur notre chaîne YouTube :

Source: Google news