PARTAGER
Née en 1975, à Villepinte en banlieue parisienne, Béatrice Bellay est sans nul doute une martiniquaise fièrement attachée à son île. 
À la mairie de Schœlcher, au Conseil Général, puis à l’Espace Sud et aujourd’hui cadre territorial à Martinique Transport. 



Militante depuis l’âge de 16 ans, son engagement est certainement né du fait que ses parents ont été des militants syndicaux engagés à la CGT (Confédération Générale du Travail).



Un côté humaniste et une farouche volonté de lutter contre les inégalités

Ses lectures, sa vie dans un environnement multiculturel où se côtoyait toutes les catégories sociales de la population ont développé chez elle, un côté humaniste et une farouche volonté de lutter contre les inégalités et les injustices. Autant de valeurs qui seront les éléments moteurs de “sa reconquête des militants socialistes de Martinique“.

Ainsi, à peine élue au poste de première fédérale, son enjeu majeur, dit-elle, est de “remobiliser des militants abasourdis par les différentes défaites au plan national, et local et en faire venir de nouveaux. Il faut relever le défi des idées et des urnes“. 


Pour cela, dès son retour du 78e congrès socialiste prévu à Aubervilliers, elle réunira son conseil fédéral. Il s’agira très vite d’établir une feuille de route pour “la cause” en Martinique. 



Puisqu’elle se rendra au congrès national, elle en profitera pour bien faire comprendre aux instances nationales du PS qu’elles devront intégrer les problématiques martiniquaises au cœur des préoccupations nationales. 

Béatrice Bellay a d’ores et déjà annoncé la couleur. “Les socialistes de Martinique sont en ordre de marche pour repartir  de l’avant, sans faillir“.