PARTAGER

Des échauffourées ont éclaté entre forces de l’ordre et manifestants, lundi 13 janvier à Fort-de-France (Martinique), en marge du procès des sept militants anti-chlordécone, interpellés en novembre après une manifestation qui a mal tourné. Face à ces heurts violents, le tribunal a dû être évacué et le procès a finalement été renvoyé au 3 juin.

Depuis plusieurs semaines, des manifestants bloquent des centres commerciaux en Martinique, accusant leurs propriétaires, souvent de grandes familles locales, d’être à l’origine de la pollution au chlordécone. C’est un pesticide utilisé dans les bananeraies de 1972 à 1993, qui a infiltré les sols antillais pour des centaines d’années. Le produit est suspecté d’être à l’origine de cancers de la prostate, très nombreux aux Antilles.

Accusés de violences en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique, dégradations et participation à un attroupement, les sept militants qui font aujourd’hui face à la justice avaient été placés en garde à vue, et trois d’entre eux étaient sous contrôle judiciaire.

Plusieurs dizaines de leurs soutiens, rassemblés avec des banderoles, ont manifesté devant le tribunal. La tension a vite monté et les incidents ont continué jusque tard dans la nuit. 

La rédaction vous recommande

Lire la suite

Source: Google news