PARTAGER

En raison notamment d’une commande publique en panne et par conséquent  d’une raréfaction des grands projets, le secteur du BTP est en crise en Martinique. Près de 6000 emplois seraient même désormais menacés.

Les professionnels du secteur en Martinique se sont réunis hier pour comprendre et évaluer la crise que traverse le BTP dans la région. A cette occasion, ils ont fait état d’une diminution conséquente de la population sur l’île de 16 813 habitants entre 2007 et 2018 (403 688 habitants comptabilisés au 1er janvier 2007 contre 386 875 au 1er janvier 2018). L’Insee n’annonce rien d’optimisme pour les années à venir en estimant qu’une nouvelle perte comprise entre 30 000 et 50 000 individus pourrait avoir lieu à l’horizon 2030. En 2013, l’institut a par ailleurs observé  que « plus de 10 000 martiniquais occupaient un emploi appartenant au domaine professionnel du BTP », dont 57% dans les entreprises de construction.

Selon les chiffres de l’ACOSS (agence centrale des organismes de sécurité sociale), le secteur du BTP a vu aussi le nombre de ses établissements diminuer significativement, de 977 en 2008 à 891 en 2016. Entre ces deux dates, l’effectif salarié est quant à lui passé de 6574 à 5272, soit une diminution de 1302 salariés (-20%). L’effectif moyen par établissement recule de 6,7 à 5,9 (-12%).

Une commande publique en panne

De façon générale ces résultats résultent de la chute de la commande publique. D’après le baromètre CDC-ACdF, entre 2012 et 2017, elle aurait diminué de 19,5% en Martinique. De 2016 à 2017, les attributions de marchés dans les deux domaines concernant le BTP, l’environnement et l’habitat sont passées de 278 à 227 millions d’euros, soit une perte de 18,3%. Le récent rapport (octobre 2017) de la Cour des comptes sur les finances des collectivités locales souligne aussi les difficultés des collectivités de Martinique : leur capacité propre de financement de leurs investissements est inférieure de 40% à celle de leurs homologues de Guadeloupe en 2013-2015.

A la suite de cette réunion, les professionnels du secteur ont donc réclamé la convocation urgente de tous les maîtres d’ouvrage publics avec les représentants des professions de la filière construction afin de dresser l’inventaire des projets en cours, de leur calendrier de réalisation, des éventuels problèmes de financement et des solutions à mettre en place. Cet évènement permettra également d’étudier les moyens d’une mutualisation des capacités de financement des collectivités publiques pour un plan de  relance immédiat.