PARTAGER
https://www.martinique.franceantilles.fr/images/2019/11/08/543275_1573211446_download_330x170.jpg

Placé en détention provisoire le 10 octobre dernier, le policier de la Brigade Anti-Criminalité, mis en examen pour « faux en écriture publique par agent dépositaire de l’autorité publique et violation du secret professionnel », a été remis en liberté mercredi.

Le juge d’instruction, compte-tenu de l’avancée de l’enquête, a considéré que l’incarcération ne se justifiait plus. Le fonctionnaire de 43 ans est laissé libre, sous contrôle judiciaire.

« Soulagé d’être sorti de cet enfer »

Une satisfaction pour Me George-Emmanuel Germany, son avocat, qui avait fait appel de la détention. « Rien ne la justifiait à nos yeux. Il a été en prison, juste le temps suffisant pour être menacé. Mon client est soulagé d’être sorti de cet enfer. Cela n’a pas été facile à vivre et loin d’être une partie de plaisir pour lui. Il est aujourd’hui auprès de sa famille ». Pour l’avocat, le fonctionnaire va désormais pouvoir « préparer plus facilement sa défense ». S’il ne souhaite pas entrer dans le fonds du dossier, couvert par le secret de l’instruction, Me Germany confirme ce qu’il a déjà pu dire par ailleurs. À savoir que, selon lui, son client se retrouve dans cette situation pour avoir dénoncé des faits plus graves commis par un de ses supérieurs. « Cela constitue un contre-feu à cette affaire ».