PARTAGER
https://lh4.googleusercontent.com/proxy/FBMKinvmE-sHLk_z46eORgwLW9_2bFxts1E8XICb70VY0um8ptViTjpSIQa-tFOGCaZ81DneXZCftPZvaGeQzyJrWBvykp4mZJO1PqUjh4h1fmjQ73tMDpHzlTNCKZFW0UC27zZgU02Bug1RRLk3sXsc2IlxP2hZ0JUPbxYGDWvU5FFhHmcg=-w150-h150-c

France-antilles : Après le succès de la première édition, le concours le plus beau marché de France est de retour…

J.-.P.P. : Oui, tout à fait, l’année dernière il y a eu un engouement formidable pour ce concours. Dans toute la France, les habitants se sont mobilisés pour leurs marchés. Nous avons enregistré plus de trois millions de votes. Cette année, nous espérons dépasser ce chiffre. Malgré le redécoupage des régions, nous avons gardé l’ancien découpage car chaque territoire est unique. Il y aura donc les 22 anciennes régions plus la Réunion et les Antilles-Guyane.

FA : La mobilisation de la population est-elle importante ?

J.-.P.P. : Oh que oui, le vainqueur est désigné par les votes du public uniquement. L’année dernière c’est le marché de Cayenne qui a représenté les Antilles-Guyane. Au début duvote national il était dans les premiers et petit à petit il est arrivé en bas du classement pour finir à la 25e place. C’est finalement le marché de Sanary-sur-Mer qui a gagné alors que lui n’était pas bien classé au départ. Cela a surpris tout le monde vu qu’il avait fait un bon démarrage. Preuve que les votes sont importants. C’est à chacun de se mobiliser. Cela compte pour beaucoup. Les élus locaux doivent également s’impliquer dans ce concours pour encourager leur marché et pousser la population à voter. Dans certaines régions, il y a eu des campagnes d’affichage. Les médias locaux ont également joué le jeu. Il faut une forte mobilisation. Il y a deux mois de vote, il ne faut rien lâcher.

FA : Quel intérêt pour les marché participants ?

J.-.P.P. : Une fois les marchés sélectionnés je les présenterai et le vainqueur du concours aura droit à une édition spéciale. Cela donne une visibilité extraordinaire au marché. L’année dernière le marché vainqueur a connu une forte affluence par la suite. Cela a bénéficié au tourisme également. C’est une opportunité à saisir pour les régions d’où l’intérêt de la mobilisation.

Chaque marché a son histoire, ses personnages. C’est l’occasion de mettre en avant les produits régionaux. Ce sont des lieux d’échange, on connaît les marchands, on y a ses petites habitudes. Un marché c’est comme le reflet de la vie, il donne le pouls de la société. Les marché ont une importance sociale, ils maintiennent un lien entre les habitants.

FA : Les marchés d’Outre-mer peuvent-ils faire la différence ?

J.-.P.P. : Les marchés des Antilles-Guyane ont énormément de qualités. Ils sont colorés, il y a de la convivialité. On y trouve des parfums particuliers, sans oublier les produits de qualité. Les tenues traditionnelles des marchandes et le créole. Les marchés sont des endroits où l’on parle, des endroits sympathiques. Si les Martiniquais, les Guadeloupéens et les Guyanais veulent faire gagner un de leurs marché il faut une implication et une mobilisation massive. Que le plus beau marché gagne !

Source: Google news