PARTAGER

L’ex Premier ministre de la mandature de François Hollande, est aujourd’hui, le président de la mission de la mémoire, de l’esclavage, des traites et de leurs abolitions.
 

Un projet de fondation nationale pour la mémoire de l’esclavage 

Jadis, Jean-Marc Ayrault a également été le premier magistrat de Nantes, une des villes françaises centrales dans la traite négrière entre le 17e et le 19e siècle.
Nantes, qui aurait organisé 43 % des expéditions négrières françaises, soit environ 5 à 6 % de la traite atlantique européenne.
Durant cette période tragique, on estime que plus de 12 millions et demi de captifs furent déportés d’Afrique vers les Amériques et les îles de l’Atlantique.
Plus d’un million et demi d’entre eux ont péri lors de la traversée.

Alors pour perpétuer la mémoire de ce crime contre l’humanité, et faire partager ses héritages culturels, politiques, et humains à tous les Français, le chef de l’état Emanuel Macron a confirmé le 27 avril 2018, à l’occasion du 170e anniversaire de l’abolition, la création de cette fondation nationale, initiée par son prédécesseur, en 2016.

Celle-ci doit associer les collectivités locales, les institutions publiques majeures, les grandes entreprises françaises, mais aussi des acteurs et autres personnalités de la société civile.

Une fondation qui soutiendra des actions numériques, culturelles, de recherches, ou encore d’éducation.

Ainsi, durant ces trois jours de visite Jean-Marc Ayrault doit notamment présenter aux élus et aux représentants de la société civile, le projet de fondation nationale pour la mémoire de l’esclavage.

En outre, une conférence-débat intitulée “regards croisés sur la mémoire entre Fort-de-France et Nantes : esclavage, traite et abolition” aura lieu jeudi soir (7 février 2019) à partir de 18h, au 6e étage du bâtiment administratif de la mairie foyalaise, avec Jean-Marc Ayrault et l’historienne Élisabeth Landy (adjointe au maire).
Elle précise les enjeux de cette fondation qui doit voir le jour cette année. 

Elisabeth Landy 

Historienne

Jean-Marc Ayrault doit également échanger dans la journée avec des acteurs de la mémoire et visiter la maison d’Aimé Césaire à Redoute (Fort-de-France)
Enfin, vendredi 8 février 2019, il ira se recueillir sur la tombe de l’écrivain Édouard Glissant, au Diamant où il visitera également le site du mémorial Cap 110.